Le roadtrip ultime pour découvrir les canyons et les lacs du Kazakhstan

Mis à jour : 3 août 2019



La meilleure manière de profiter des plus beaux paysages du pays sans se ruiner!


L'industrie du tourisme a explosé depuis quelques années au Kazakhstan. Malheureusement, comme me l'a dit un chauffeur de taxi à Almaty: there's more, but it's not better.


En effet, plusieurs compagnies de tours guidés offrent de découvrir certains des plus beaux endroits du pays, comme le canyon de Charyn et les lacs Kolsaï, pour des prix ridiculement élevés. Un exemple: une excursion d'une journée afin d'aller voir le canyon peut coûter 200-300 US$ par personne.


En s'organisant un peu, on a réussi à explorer le canyon et les magnifiques lacs Kolsaï pendant six jours pour un grand total de 350C$ pour notre groupe de quatre personnes.


L'autre avantage est le temps: la plupart des tours organisent ce circuit en trois jours, ce qui veut dire que vous allez courir partout.


Si vous avez le goût de l'aventure, l'envie de prendre votre temps et les poches vides, ce guide est pour vous!


Le circuit


Le sud du Kazakhstan est un des endroits les plus intéressants du pays. C'est facile de comprendre pourquoi la majorité des touristes qui y mettent les pieds n'explorent que la région d'Almaty, la capitale culturelle du pays.


La ville est magnifique, parsemée d'immenses arbres et de grands boulevards, et on y trouve plusieurs restaurants, cafés, théâtres, et galeries underground. C'est le point de départ parfait pour se préparer avant de partir à l'aventure dans les grands espaces kazakhs.

LISEZ AUSSI NOTRE GUIDE COMPLET SUR NUR-SULTAN, LA CAPITALE DU KAZAKHSTAN



À partir d'Almaty, on peut se rendre en voiture jusqu'au premier arrêt du périple: le magnifique canyon de Charyn, qui n'est pas sans rappeler les paysages de l'Ouest des États-Unis.


La route nous mène ensuite jusqu'au parc national des Lacs Kolsaï, situé environ deux heures plus loin.


À la fin, on rembarque dans la voiture jusqu'à Almaty, ce qui prend environ 5 heures de route.


Plongeons maintenant en détail dans chacune des étapes de cette aventure.


Préparation à Almaty


Tout d'abord, organiser un tel roadtrip nécessite certains outils indispensables.


Assurez-vous d'installer 2Gis sur votre téléphone. C'est vraiment l'application de navigation urbaine la plus fiable pour l'Asie centrale, bien plus que Google Maps ou Plans. Vous pourrez facilement y trouver les itinéraires d'autobus et de transport en commun, ce qui facilitera vos déplacements à Almaty.


Ensuite, installez l'application de Google Translate, ou votre application de traduction préférée sur votre téléphone. Cela vous aidera grandement à transiger avec les locaux.


D'ailleurs, pensez à installer un clavier en cyrillique sur votre téléphone. 2Gis ne fonctionne qu'avec cet alphabet. Vous pourrez aussi traduire tous les insignes que vous croiserez et cela permettra également aux gens que vous rencontrez de pouvoir traduire ce qu'ils veulent vous dire, ou encore de noter des renseignements dans votre appareil.


Finalement, munissez-vous de l'application MapsMe, qui fonctionne très bien hors ligne et possède le grand avantage de contenir tous les sentiers de randonnée que vous voudrez emprunter. Ça rend l'exploration pas mal plus facile!


Évidemment, il vous faudra du matériel de camping. Ne soyez pas surpris: il est vraiment plus agréable de traîner sa tente avec soi en Asie centrale, puisque le camping sauvage est toléré partout. De toute manière, si vous voulez profiter des lacs, il vous faudra faire un peu de plein air.


Le mieux est de l'amener avec vous en prévision du voyage. Si vous voulez vous le procurer sur place, on vous recommande fortement d'aller au SportsMaster, une chaîne de magasins de plein air qui possède plusieurs points de vente à Almaty.


On a pu s'acheter une tente, deux sacs de couchage, deux matelas de sol, un brûleur, des casseroles, un sac à dos 40L, des bâtons de marche et quelques autres babioles pour un grand total de 350C$. C'est de la bonne qualité hyper bon marché.


On n'a pas inclus cette dépense dans le coût total de l'expédition en soi, mais on voulait vous l'indiquer au cas où vous voudriez faire ce genre d'achat.


En ce qui a trait à la nourriture, vous n'avez pas trop de préparation à faire: vous croiserez trois villages entre le canyon et les lacs, où il y a de petits marchés. Pas besoin, donc, de penser à tout ce qu'il vous faudra pour l'entièreté de l'expédition: vous pourrez vous ravitailler en chemin.


L'étape la plus complexe est la location de voiture. Les sites en anglais proposent des prix beaucoup trop élevés. Si vous vous armez de patience et d'un peu de cyrillique, vous pourrez trouver des concessionnaires locaux qui offrent des forfaits beaucoup plus raisonnables.


Nous avons déniché la compagnie Caspian Rental. L'homme de la situation, c'est Nikolay, un grand Kazakh stoïque, mais très avenant, que vous pouvez contacter au +7 777 078 0017. Il vous faudra vous rendre sur place et confirmer avec Nikolay vos dates de location. Caspian nous a offert de louer une Kia Rio pour 11 000 KTZ par jour, soit environ 35$, avec une limite de 300 km par jour. Par contraste, Avis nous louait une voiture similaire (Toyota compacte) pour le double du prix, avec une limite de 150 km par jour et des pénalités si on revenait plus tard que 18h...

Il vous faudra un permis de conduire international si vous voulez pouvoir partir avec la voiture de location. N'oubliez surtout pas de vous en faire faire un avant votre départ. Prenez bien soin d'inspecter le véhicule et de faire attention avant de signer quelque contrat que ce soit. On n'est jamais trop prudents!


En route vers le désert!



L'équipement est prêt, la nourriture est achetée, les souliers de randonnée sont lacés: c'est le moment de se rendre au premier et magnifique arrêt, soit le canyon de Charyn.


Afin d'accéder au site, il vous en coûtera 100 tenge pour le stationnement, ainsi que 350 tenge par personne par nuit. Le total pour nous a donc été de 2900 tenge, soit 9,90C$ pour deux nuits.


Après avoir laissé la voiture dans le stationnement, le fun peut commencer.



Vous arriverez rapidement sur le bord de la falaise qui permet d'avoir une vue imprenable sur le canyon, à endroit qu'on appelle The Valley of Castles. Vous pouvez en profiter pour explorer les divers points de vue et prendre des photos mémorables avant de descendre le sentier qui mène au fond de la crevasse.



Quatre kilomètres, soit environ une heure de marche, vous séparent de la rivière qui coule au fond du canyon. Au bout de votre petite randonnée, vous arriverez au Eco Park, un campement de yourtes et de petits bungalows en bois.


Si vous voulez minimiser les nuits passées en tente, vous pouvez toujours réserver une de ces habitations. Une yourte, qui abrite 8 personnes, coûte 40 000 KTZ par nuit, soit environ 140C$, et un bungalow pour deux personnes revient à 20 000 KTZ, soit environ 70C$.. Le grand avantage du camping, c'est que les propriétaires du site vous permettent de planter votre tente tout à fait gratuitement.


Nous nous sommes éloignés du campement principal, enjambé un signe avertissant de «DANGER FOR LIFE» (woooh minute papillon) et avons trouvé un charmant site où nous étions seuls au monde, avec en prime un super coin pour cuisiner sur le bord de l'eau.



Nous y avons passé deux nuits et une journée complète, où nous avons exploré les falaises au lever du soleil, pris une bière au restaurant en après-midi, lu sur le bord de la rivière et fait un feu sous les étoiles. La vraie farniente, dans un décor digne de Breaking Bad.


Si vous avez du temps et un 4x4, vous pourrez partir à la découverte des autres canyons qui serpentent dans la vallée, comme le magnifique canyon de Tamerlik. Comme on n'avait qu'une malingre Kia Rio, on a passé notre tour.


Du canyon aux lacs



Prochain arrêt: le parc national des lacs Kolsaï. Le changement de paysage est complètement fou: en seulement deux heures de route, vous passerez du désert à des lacs émeraude dignes de l'Ouest canadien.


La petite Kia Rio nous fait passer par le village de Jalanash, où on en profite pour racheter des victuailles et de la vodka pour se faire des amis.


Le plus important pour l'accès aux lacs Kolsaï est d'avoir son passeport avec soi. Vous devriez toujours l'avoir avec vous en voyage de toute façon, mais ici, c'est nécessaire: les lacs sont tellement proches de la frontière avec le Kirghizistan que simplement pour vous rendre au parc national qui borde le village de Saty, vous devrez probablement passer par un checkpoint militarisé.


Arrivés à la porte d'entrée du camp, il faudra débourser 1000 KTZ pour le stationnement de la voiture, plus 750 KTZ par tente, par nuit.


Ce parc est une des destinations les plus populaires du pays, autant pour les touristes que pour les Kazakhs. Il y a donc beaucoup de visiteurs et il vaut mieux visiter le parc un jour de semaine, si possible.



Il y a trois lacs Kolsaï, qui suivent le cours de la même rivière. En arrivant au stationnement, vous serez déjà rendus au premier lac.


Dans le premier stationnement, une guérite laissait passer quelques voitures vers la rive du lac. Curieux, Alexis est allé regarder par la fenêtre de la petite cabane qui fait office de bureau pour les gardes du parc. Il n'en fallut pas plus pour qu'il se fasse inviter à boire des gros shooters de vodka cheap dans un verre en plastique et à déguster le fameux melon d'eau kazakh. C'est après quelques gorgées de ce doux alcool à friction qu'on lui a offert de payer 5000 KTZ pour qu'il puisse descendre la voiture vers le lac, proposition alléchante qu'il a pourtant poliment refusée.


Une fois esquivée la possibilité de graisser la patte de rangers complètement souls, prenez vos sacs à dos et rendez-vous jusqu'à l'autre extrémité du lac, où on trouve de beaux sites de camping où faire un feu et profiter des étoiles.



Le lendemain, direction le lac Kolsai-2. Il s'agit d'une randonnée de 7 kilomètres avec un gain rapide d'altitude, qui vous prendra environ 2 à 3 heures. Une fois arrivés, rendez-vous sur la rive gauche du lac, où on trouve de beaux sites pour planter sa tente, ainsi qu'une petite plage pour s'y baigner, si vous avez le courage de braver l'eau glacée.


Le troisième lac est accessible depuis peu de temps et il s'agit quand même d'une randonnée un peu étrange. Il faut continuer sur le même sentier pendant six kilomètres avant d'arriver à une station de police (!).


On vous demandera d'y laisser votre passeport afin d'avoir accès au lac. Vous aurez la paix: presque personne ne s'y rend, mais vous ne pouvez pas y camper. Il faut donc faire l'aller-retour dans la même journée, mais c'est tout à fait réalisable.


Quand vous en avez assez, vous pouvez retourner camper une autre nuit au premier lac, marcher directement jusqu'à votre voiture afin de dormir dans une auberge à Saty, ou retourner directement à Almaty si vous êtes pressés.


À noter


  • Soyez préparés à toute éventualité. La température peut varier de 20 à 30 degrés entre le canyon et les lacs, alors ayez des vêtements conséquents.

  • Ayez votre passeport avec vous.

  • Les gens conduisent de manière assez dangereuse à Almaty, alors soyez prudents.



On espère que vous aurez une expérience aussi mémorable que nous!


À la prochaine, до свидания!

Vous partez bientôt en voyage? Ces conseils pourraient vous intéresser!



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

© 2019 par Ariane Labrèche et Alexis Boulianne